Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En sus

Vous pouvez lire des textes de MARC BRUIMAUD dans les revues et magazines suivants

Attentat Grotesque, Le Caméléon déshydraté, Cinéastes, CinémAction, Cinemateca, Epok, Impact, Les Inrockuptibles, Lectures de Raymond Queneau, Mad Movies, Main Title, Métaluna, Nouvelle Donne, Panic, Perpendicular Analects, Les Soleils d'Infernalia, Subculture, Versus, Vertigo, La Voix du regard...

Et sur plusieurs sites Internet

www.lesinrocks.com, www.madmovies.com, www.objectif-cinema.com, www.voixduregard.org, http://curiosa.blogvie.com...  

 

    M--taluna3b.jpg Le-Cam--l--on-d--shydrat--2.jpg Versus5.jpg

En bref

 

 Marc BRUIMAUD est un critique d'art (cinéma, littérature, musique),  photographe et réalisateur né à Vierzon le 17 décembre 1958.

OUVRAGES 
* Queneau aujourd'hui, Editions Clancier-Guénaud, 1985 (direction)
* Queneau encyclopédiste ?, Editions du Limon, 1990 (direction)

* Mission : Impossible, Editions 8ème Art, 1993 (collaboration)
* Dictionnaire de la mort, Editions Robert-Laffont, collection "Bouquins", à paraître courant 2009 (collaboration)

VIDEOS
* Demake-up, 52 mn, 2004 
* Bristol, 41 mn, 2006 
* Super-8, 59 mn, 2007
* Les belles absentes, 8 mn, 2007
* Une amie, 6 mn, 2007

EXPOSITIONS
* Les filles perdues (vidéo, photo, collage, custom), Espace Culturel "La Mégisserie", Saint-Junien, Haute-Vienne (France), du 16 janvier au 15 mars 2007
* Tentative d'épuisement d'un lieu limousin (polaroïds, vidéo), "caffécallé", agitateur de tabous, Limoges, Haute-Vienne (France), à venir début 2009

monsieur_b.10-1.jpg

 

 

 

                                                                         

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 00:54
Dans Un été sans histoire de Philippe Harel, il y a un moment magique : Henri, le « beauf » atrabilaire que Claudine (sa belle-sœur) s’efforce à décoincer depuis le début des vacances, côtoie soudain la lune et les étoiles, lové dans son transat en Creuse (à Champagnat), le temps fugace d’un tango nocturne, élégiaque, dansé par deux jeunes femmes (une blonde, une brune), lesquelles lui offrent ensuite une imitation enfantine des Clodettes. La scène prend tout son poids par l’insertion des deux plans de coupe sur le visage du jeune homme : pour le premier, il tourne lentement la tête vers les femmes ; dans le second, il les contemple, un timide sourire de bonheur apparaît. Le rôle affectif, quasi transcendant, des chansons populaires a rarement été montré de manière aussi poignante, et c’est difficile de ne pas ressentir l’ineffable mélancolie qui émane de ce tableau champêtre, subtil mélange de simplicité sereine et d’inquiétude devant l’occurrence spontanée des choses, leur ravissement éphémère, telle Emmanuelle Seigner dans un autre film d’Harel (Tristan), lorsqu’elle franchit de nuit en voiture le panneau signalétique « Honfleur » aux accents de Vous les femmes de Julio Iglesias.
Grâce à Minnie (ma femme) et Lucy (une amie), j’ai éprouvé un identique frisson, sans cesse renouvelé depuis, la première fois qu’elles m’ont fait écouter Karen Cheryl (double vinyle rose bonbon). J’ai pensé à d’autres chavirements, quasi inexplicables, Freddy (une grosse chanteuse cubaine des années 50) s’époumonant sur The Man I love dans un bouge de La Havane où sévit un orchestre typique désespérément sirupeux, l’ouverture aux violons de Bang Bang par Sheila que François Ozon a magnifié comme on sait au début d’Une robe d’été, les crooners italiens (surtout Adriano), John Travolta bien sûr, oubliant sa misère sous les sunlights car « love is such a beautiful thing », etc. Et tandis que Karen vocalisait jazzy à la fin de Je me souviens, je feuilletais l’album photo à l’intérieur du disque, sa bouille à tous les âges, les coiffures qui valsaient, les paillettes et le skaï, tout concordait pile poil : Isabelle Morizet a.k.a Karen Cheryl (celle qui chanta Tchoo Tchoo), un vrai bloc de réel qui nous la pousse sincère. Curieux paradoxe si l’on considère l’acharnement qu’elle déploya à ne plus se ressembler et l’enterrement de sa vie de starlette en direct et prime time ; pourtant sa voix, son air 100% pop, résistent à toutes les mues. On s’en rappelle (même sans best of à se mettre sur le cœur), on la revoit, inchangée, comme la petite boulangère bougonne dans Travolta et moi de Patricia Mazuy, qui brûla les Bee Gees pour épouser les Clash – « Il ne reste jamais rien de ce qui est vécu / Quelques grains oxydés sur de la paraffine / Et des souvenirs idiots / Mais qui donnent un peu de lumière… les jours de pluie ».   

     

Partager cet article

Repost 0
Published by marc bruimaud - dans Vracs
commenter cet article

commentaires

Edouard Leefsma 09/03/2008 21:53

J'ai vu "un été sans histoires" à sa sortie, et je recherche désesperement la vhs, le dvd n'a pas encore été fait voire un avi.....merci par avance.